Sous les arcades - Poème d'Oscar David

SOUS LES ARCADES

 

La ville est morte, il pleut de l’or en fusion

Sur les trottoirs brûlants que la lumière ronge ;

Haletant, Midi crache au loin son feu qui plonge

Dans les maisons où dort l’hallucination.

 

Mais au cœur d’Annecy s’ouvre la vision

D’un coin d’ombre qui traîne, indécise et s’allonge

Sous la voûte sereine et calme comme un songe,

Donnant de la fraîcheur la verte illusion.

 

Une odeur de vergers et de cave pénètre

L’humide clair-obscur des cours où la fenêtre

D’un café lourd d’ennui jette des clartés lentes.

 

La douce acidité des fruits et du laitage

Pique l’air aigrelet des jours pesants d’orage,

Au refuge béni des arcades dolentes.

 

Oscar David (1902-1934), in Paysages d’Annecy, Imprimerie commerciale, 1926.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau