Quelques flashes sur un spectacle pyrotechnique - Poème de Georgette Chevallier

Quelques flashes sur un spectacle pyrotechnique

 

A Paulette Cugnet et son balcon en surplomb

 

 

De quels contes subtils

Ces longs voiliers fantômes

Viennent-ils ?

 

Qui se cache derrière

Les plis de ces rideaux

De lumière ?

 

Des chardons lumineux

Aux couleurs du Brésil

Cèdent bientôt la place

A des palmiers dorés

 

Tandis qu’une forêt

De bambous

Se reflète élégante

Dans le miroir d’un lac

Sans remous.

 

Lors

Une barque d’or

Dort

Embrasant le bord

 

Sur un ciel noir

Rayé de blanc

Un large essaim brillant

De papillons géants

 

S’en vient alors rivaliser

De vivacité

Avec d’électriques têtards

A têtes chercheuses.

 

Souplement élastiques

Des dauphins de lumière

En des bonds fantastiques

A leurs jeux donnent carrière.

 

A la lueur qui vibre

Dedans l’obscurité

Du Veyrier

La lune qui se lève

Derrière la Tournette

Fait écho.

 

Et tout au loin là-bas

Sur la colline sainte

Des ballons, des fusées,

Luisant dans la douceur

D’un nuage d’encens,

Telles des oraisons

S’élèvent du clocher.

 

 

Georgette Chevallier, in Il y a le feu au lac, Ed. chez l’auteur, 2006. Ecrit à Annecy, le 4 août 2001, le soir de la fête du lac.

Commentaires (1)

1. jACQUELINE 23/08/2009

Bravo, très bien !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau