La belle savoyarde - Poème d'Albert Serieys

 

LA BELLE SAVOYARDE*


Cependant que tes yeux te donnent du souci,

Regarde, pour distraire un instant leur pupille,

La jeune savoisienne au visage choisi

Qui de ton beau pays est la plus belle fille.


Vénus naquit des flots de la mer ; celle-ci

Près des sources, éclose, a des airs de famille

Avec l'eau transparente et fraîche qui scintille,

Et, perle fine, elle est la perle d'Annecy.


Mais Estelle sourit ! Or, puisque je la chante

Sous l'aspect d'une Muse et les traits d'une Amante,

Que, Reine, elle se montre agréable à tes voeux ;


Qu'elle allège pour toi le fardeau des alarmes

Et par la vue attendrissante de ses charmes

Te soit comme un baiser de femme sur les yeux...

 

 

Albert Serieys, in Guirlande à la Savoie, 1932, Ed. Revue moderne des arts et de la vie. 

 

* poème écrit sur une carte postale adréssée à Patrice Buet.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau