Chansonnette nouvelle - Texte de Disetti pour la venue de Victor-Emmanuel II à Annecy

CHANSONNETTE NOUVELLE*,

vérité sur tous les pas que le Roi a passé, depuis Chambéry au Chablais.

 

Le compositeur ne peut être ni repris ni blâmé, parce que c’est un homme illettré.

 

 

Le Roi partant de Chambéry,

Annecy il est arrivé,

Tout le monde était sur pied.

 

Il est entré Porte-royale,

Toutes les troupes sous les armes,

En attendant son arrivée.

 

La milice est la première,

Et puis tout ses soldats,

Ont crié : vive le Roi !

 

La milice est la première,

Et puis toute la garnison,

Ont crié : vive le Roi et la Constitution !

 

Le Roi à son petit pas,

Il a fait le tour du Pasquier,

Est descendu à l’Evêché.

 

Il est monté sur le balcon,

Il avait très bonne façon,

Pour voir défiler la garnison.

 

La milice est la première,

Et puis toute la garnison,

Ont crié : vive le Roi, la Constitution !

 

Et puis tout le monde après,

A crié : vive le Roi et la liberté ! (bis)

 

Avec son chapeau à la main,

Il est bien resté deux heures de temps,

Pour voir défiler les fabricants.

 

Les écoliers les premiers,

Les fabricants défilaient après,

Ont crié : vive le Roi et la liberté !

 

Depuis là, s’est retiré,

Il a bien reçu ses officiers. (bis)

 

Mes très chers officiers,

Je veux m’aller promener. (bis)

 

A neuf heures du soir,

Il est allé promener,

Jusqu’au fond du Pasquier.

 

Le Roi en se promenant

A bien examiné,

Toutes les plantes illuminées.

 

Le Roi est retourné,

Monsieur le syndic l’a accompagné,

Avec tout le corps des officiers.

 

Le Roi à son petit pas,

Est retourné à l’Evêché,

Avec tout le corps des officiers,

Toute la ville était illuminée.

 

Et puis les Messieurs d’Annecy,

Toujours sur pied jour et nuit. (bis)

 

Le lendemain il s’est levé,

Il est parti pour le Chablais. (bis)

 

Quand il a été au pont de Brogny,

Il est descendu à pied,

Pour visiter les travaux bien faits.

 

Depuis là, il est parti,

S’est trouvé à La Roche un jour de jeudi. (bis).

 

A La Roche d’abord en entrant,

Monsieur le syndic lui fait ses compliments. (bis)

 

La milice est la première,

Et la compagnie des pompiers,

Ont crié : vive le Roi et la liberté !

 

La milice est la première,

Tous en bonne union,

Ont crié : vive le Roi et la Constitution !

 

Le Roi à son petit pas,

Sur la place s’est arrêté,

Il a reçu les compliments du clergé.

 

« Monsieur le curé je vous remercie bien,

« Vous avez des sœurs des Capucins. » (bis)

 

« Des Capucins, des sœurs, des frères,

« Je me recommande à vos prières. » (bis)

 

Avec ses quatre chevaux,

Il a pris la route de Thonon, (bis)

 

Par Bonneville il est passé,

Tout le monde était sur pied. (bis)

 

La milice est la première,

La compagnie des pompiers,

Ont crié : vive le Roi et la liberté !

 

La milice et les pompiers,

Et tout le monde en bonne réunion

Ont crié : vive le Roi et la Constitution !

 

Il est parti pour le Chablais,

A Thonon il est arrivé

Tout le monde était sur pied.

 

Avant d’arriver à Thonon,

Il a entendu tirer des coups de canon. (bis)

 

C’était la milice et les pompiers,

Et puis la petite garnison,

Ont crié : vive le Roi et la Constitution !

 

Le Roi a son petit pas,

A son palais est arrivé,

Tout le monde y file après,

Vive le Roi et la liberté !

 

La nuit est arrivée,

Toute la ville est  illuminée. (bis)

 

Le Roi est parti le lendemain,

Je vous remercie mes Chablaisiens. (bis)

 

Le Roi s’est trouvé à Annecy,

« Très cher peuple je vous remercie » (bis)

 

« Petit peuple et grands seigneurs,

« M’avez rendu de grands honneurs » (bis)

 

Fin.

 

 

Disetti, marchand d’allumettes, in Le livre d’or de la ville d’Annecy, Ed. Archives municipales de la ville d’Annecy, 2007

 

* Chanson composée lors de la venue de Victor-Emmanuel II le 22 mai 1850.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau