Adieu à la fontaine - Poème de Clément Gardet


ADIEU A LA FONTAINE


En souvenir de la fontaine de Diane
enlevée de la place de l’Hôtel-de-Ville en avril 1943.

 

Voici l’Hôtel-de-Ville à sévère façade

Avec son fronton grec près les arbres mouvants.

L’église italienne au chaud soleil levant

Fait luire son abside à blanche colonnade.

 

Plus haut que les maisons aux modernes arcades

Saint-Maurice au toit sombre élève dans le vent

Sa tour baroque, où fluent en échos émouvants

De l’Amour et la Mort les sonores cascades.

 

Le pontife sculpté dans le bronze devant

Le haut porche voûté du tranquille couvent

Ne contemplera plus, sur la claire esplanade

 

Où flottait un parfum d’Italie et d’Hellade,

La sylvestre déesse et, se désaltérant,

Les colombes autour du jet d’eau murmurant.

 

 

Clément Gardet, in L'eau dans la ville : puits & fontaines, Annecy : Ville d'Annecy, 2003.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau