À riva du lé d'In-nsi - Poème en patois de Roger Viret

À RIVA DU LÉ D'IN-NSI

1
Sovê l'tantou dè mnyo m'achtâ u bo' du lé
À l'onbra d'on-n âbro k'étoulye sô gran bré.
Kan l'sheudè tape du, feûrse u rpou la natura,
Y a rê dè py'arpozê kè rl'éga blouà è pura.

2
Instalâ à l'ézo su on ban byê-n u fré,
Dè proméno mô rgâ koryò to drai lêvé.

Tot uto d'mai lé zhen fon tô la méma chûza
D'Arbènyi tan k'u Tyou è tan k'à son-n éklyûza.

3
D'on flyan, lô plyatâno dè l'avnyouà d'Arbènyi
Kash'on milyon lô gran z imoûblyo k'son dari.
Mé rlozitye, preu hyô, fon la kila pè dsu.
St'apré-mizhò, m'lôz âtro kou, d'sé pâ déchu.

4
L'ila dé sinyo sè fâ ruti u sèlouai.
La Tornèta a pozâ son bonè blyan dè nai.
L'Mon Vêrî a pardu son ptyou téléfériko.
Parè k'al tai trô vyeu, k'y avai pâ preu d'pratike.

5
Su l'lé y a tozho mé d'batyô è d'pédalô.
y a toparî rlo grou z aijô to blyan lénô
Kè pyâlyon è plyânon : on drè k'é sh'shêrshon roulye.
Su l'kè y a dou pêzhon k's'abéron dyê rna goulye.

6
On grou bâtyô ouafe dyê l'éga blouà k'ékiflye
Ê-n abaden d'grou varvolyon d'ékon-ma blyanshe.
On-na bârka plyachà tot à koûté bèrlanshe.
On-n y aoui d'jouin-ne flyè éparvôdyè k'éssiklyon.

7
L'kâdran soléro du pére Eujéno a sèssâ
D'balyi l'eura. Al a pardu sa pouinta arlèvâ.
Tou k'al y arè pâ fé èspré p'léssî passâ
Chô tin k'tozho su ntro talon à no nyargâ ?

8
Tou k'sarè la vèla d'In-nsi sen son ptyou lé,
Sen to sô tyou k'l'êfarklyon dè to lô koûté.
Apoué sen parlâ dè to sô zhardnî jalou
K'son to lô zho apré la bokatâ km'é fou.

9
Su on ban on milyon pè louin douz amouéreu
Sè mâmon l'poté, s'êméklyon lô bré, éreu.
On drè dou gamin apré sochî on glyafon
Pé l'to promî kou mè dou volò d'akashon.

10
Su l'âtro kè, ê fassa, on pétyo à la linye
S'èskrime p'atrapâ on maléreu paisson.
Var mai, douè dame ajè s'balyon l'bré, draite è dinye
Mè su lé karte postale lz âtre saizon.

11
Su l'Pâkî dari mai y a na bêda dè jouin-no
K's'amuzon à balyî d'kou d'pî dyê on balon
Ê borlen sè fo', à s'fére pétâ lé vin-ne
Du kou. On léz a-oui daipoué dsu lè ptyou pon.

12
Y a toparî rlo kè mnyon zhoyî à lé bole
Dzo lô plyatano tot à kouté du Vassé.
y atire uto on moué d'baban è d'vilye d'grole
K'réston tyè to l'tantou à fére alâ l'mozé.

13
À la plyafa d'l'anchin kazinô, dérotyà,
On manézho d'êfan fâ vrî sô ptyou shvô d'bouè
U son d'on-na vyourga kè rin-me senz arè.
È lé mâre on preu d'mâ p'ê détornâ leu nyâ.

14

Dari l'ékûla k'y a dè sti flyan du Vassé
On ptyou karâ dè sablya smon kâke balan
È kâke tornikè p'amoza lôz êfan,
Justo l'tin p'lé mâre d'arklyaitre lô nové.

In-nsi, dou mil sa.


Roger Viret
, in Su la rota d'la Korbeura, Ed. Institut de la Langue Savoyarde, 2011.

 

AU BORD DU LAC D'ANNECY

 
1
Souvent l'après-midi je viens m'asseoir au bord du lac
À l'ombre d'un arbre qui étend ses grands bras.
Quand le chaud soleil tape dur, force au repos la nature,
Il n'y a rien de plus reposant que cette eau bleue et pure.

2
Installé à l'aise sur un banc bien au frais,
Je promène mes regards curieux le plus loin possible.
Tout autour de moi les gens font tous la même chose
Depuis Albigny jusqu'au Thiou et jusqu'à son écluse.

3
D'un côté, les platanes de l'avenue d'Albigny
Cachent un peu les grands immeubles qui sont derrière.
Mais ceux-ci, suffisamment hauts, font le guet par-dessus.
Cette après-midi, comme les autres fois, je ne suis pas déçu.

4
L'île des cygnes se fait bronzer au soleil.
La Tournette a posé son bonnet blanc de neige.
Le Mont Veyrier a perdu son petit téléphérique.
Il paraît qu'il était trop vieux, qu'il n'y avait pas assez de clients.

5
Sur le lac il y a toujours davantage de bateaux et de pédalos.
Il y a aussi ces gros oiseaux tout blancs là-haut
Qui piaillent et planent : on dirait qu'ils se cherchent querelle.
Sur le quai, il y a deux pigeons qui boivent dans une flaque d'eau.

6
Un gros bateau patauge dans l'eau bleue qui gicle
En soulevant de gros tourbillons d'écume blanche.
Une barque placée tout à côté tangue.
On y entend des jeunes filles épouvantées avec des voix aiguës.

7
Le cadran solaire du père Eugène a cessé
De donner l'heure. Il a perdu son style relevé.
Ne l'aurait-il pas fait exprès pour laisser passer
Ce temps qui est toujours sur nos talons à nous narguer ?

8
Que serait la ville d'Annecy sans son petit lac,
Sans tous ses canaux qui l'encerclent de toute part.
Et puis sans parler de tous ses jardiniers jaloux
Qui sont tous les jours en train de la fleurir comme il faut.

9
Sur un banc un peu plus loin deux amoureux
Se font des bisous sur la figure, s'emmêlent les bras, heureux.
On dirait deux gamins en train de sucer une glace
Pour la toute première fois comme deux voleurs, en cachette.

10
Sur l'autre quai, en face, un pêcheur à la ligne
S'escrime pour attraper un malheureux poisson.
Vers moi, deux dames âgées se donnent le bras, droites et dignes
Comme sur les cartes postales d'autrefois.

11
Sur le Pâquier, derrière moi, il y a une bande de jeunes
Qui s'amusent à donner des coups de pied dans un ballon
En hurlant si fort, à se faire éclater les veines
Du cou. On les entend depuis sur le petit pont.

12
Il y a aussi ceux qui viennent jouer aux boules
Sous les gros platanes à côté du Vassé.
Ça attire autour un tas de flâneurs et de vieilles savates
Qui restent là tout le tantôt à faire aller le museau.

13
À la place de l'ancien casino, détruit,
Un manège pour les petits fait tourner ses chevaux de bois
Au son d'une musique qui se répète sans arrêt.
Et les mères ont du mal à en détourner leurs marmots.

14
Derrière l'école, qui se trouve de ce côté du Vassé,
Un petit carré de sable offre quelques balançoires
Et quelques tourniquets pour amuser les enfants,
Juste le temps pour les mères de recueillir les nouvelles.

Annecy, 2007.

Roger Viret, in Sur la route du Val de Fier, Ed. Institut de la Langue Savoyarde, 2011.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau