A Raoul Vieules - Poème de Maurice Clavel

A RAOUL VIEULES

 

Je suis né loin d'ici mais j'ai cru reconnaître

Sur ces bords enchanteurs le lieu qui m'a vu naître ;

De mon pays un rivage est prochain

Lumineux comme le matin.

Ici ma ferveur transplantée

Chercha de saint François et de sa Philothée

Les ombres ou plutôt le sacré souvenir.

Ce lac était riant, la campagne était belle :

De sa parure habituelle

L'automne allait la revêtir.

Mille projets bouillonnaient dans ma tête ;

Mes yeux jouissaient de la fête

Du ciel, des arbres et des eaux.

Ma barque s'égarait le soir dans les roseaux

Quand du lac bleuissant je goûtais le silence,

Puis, m'arrachant à l'indolence,

J'ai fait des vers et, guidé par les dieux,

Je vous ai dédié les plus mélodieux.

 

Maurice Clavel, in Le lac d’Annecy, Ed. à Annecy, Imp. F. Abry, 1936.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau