A Florence Déguy - Poème de Maurice Clavel

 

A FLORENCE DÉGUY

 

 

Je médite au bord des eaux vives

Quand la noirceur où plonge l’orient

Efface les rives

Du lac souriant.

 

Maurice Clavel, in Le lac d’Annecy, Ed. à Annecy, Imp. F. Abry, 1936.

 

 


Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau